Aphorisme du jour

- Tout homme devrait être assez intelligent pour se rendre compte qu'il ne l'est pas assez, ou ne pas être sot au point de ne pouvoir imaginer combien il l’est.

jeudi 11 mars 2010

Humanité : de la déprime au suicide

 L'Homme paraît se distinguer des autres espèces connues, essentiellement par le degré auquel il a su pousser certaines de ses facultés : d'une part l'analyse et la réflexion qui, appliquées à ses propres conditions d'existence, lui en permettent la compréhension (?), d'autre part l'échange de ses savoirs par des moyens de communication toujours plus sophistiqués. Les experts de l'évolution semblent d'accord au moins sur ce dernier point. Quant au reste, les espèces dites inférieures sont-elles toutes dans l'impossibilité de percevoir leur condition et de la comparer à d'autres ? Aucun de leurs représentants n'ayant consenti à donner d'indications définitives sur ce point, avouons qu'il nous arrive de nous interroger sur ce qu'en toute discrétion notre chien et notre chat peuvent en penser. Il est par contre évident que seuls les humains disposent de moyens de communication tels que les leur offre un langage aussi évolué que le leur, appuyé par les techniques, les technologies et les outils dont ils ont su se doter pour stocker et véhiculer l'information sous de multiples formes.
Donnant ainsi, d’abord à eux-mêmes, l'affligeant spectacle de leur impuissance à juguler leurs pulsions les plus primitives et l'augmentation de leurs maux, les hommes ne peuvent assurément en éprouver – collectivement comme individuellement – qu'un profond sentiment de désespoir. Pour vivre cet état,
les plus passifs l'habillent de résignation, les autres d'hypocrisie et de vanité.
Le péché originel lui-même y perd son caractère expiable pour devenir récurrent, excluant par là même tout espoir de réelle rémission. Bien sûr, les meilleurs d'entre ceux qui refusent de considérer cette condition comme fatale et définitive s'obstinent à lutter. Ils pensent et espèrent qu'enfouie sous une couche de cendres l'étincelle finira par redevenir braise et que la flamme en jaillira à nouveau. Hélas, la cendre s'accumule et l’étouffe ; tout est mortel, y compris l’étincelle, comme l’esprit lorsque son support moléculaire lui manque, et il est chaque jour plus douteux que la flamme puisse en surgir à nouveau.
Quoi qu'il en soit, ressentant et partageant le sentiment de culpabilité longtemps réservé aux seuls initiés que fabriquait un savoir balbutiant, l'humanité entière éprouve un mal de vivre croissant, dont le paroxysme ne peut la conduire qu'au suicide. Elle réagit de la sorte comme tout corps qui, déprimé par une fatigue excessive ; ayant perdu le goût de l’effort, perd à son tour le goût de vivre, sombre dans la dépression puis, dans un geste de folie morbide, finit par se donner la mort qui le délivre.
Bien qu'il n'y ait pas loin de l'une à l'autre, l'absolution, l'amnistie, la repentance, aussi hautement proclamées qu’imméritées, contribuent à la dissolution progressive du sens des responsabilités et à l'aggravation de ce sentiment de culpabilité avec leurs conséquences prévisibles à plus ou moins long terme.
Si la métaphysique peut se ramener à l'invention des dieux en vue d'obtenir d'eux le pardon qui permet à l'homme de tolérer ses insuffisances et son impuissance – autrement dit sa condition – combien de temps encore l'illusion sera-t-elle assez forte pour empêcher que ne s'amplifient les signes d'une autodestruction collective provoquée par le désespoir ?
Vision bien pessimiste, voire noire utopie, diront certains. Et pourtant. D'autres espèces ont été éliminées de notre planète et ce n'est pas la suprématie de l'humanité sur toutes celles qui l'habitent aujourd'hui qui la met à l'abri du même sort. L'histoire enseigne que des civilisations ont vécu leur temps et ont sombré – pour des raisons souvent obscures et sans la moindre chance de revivre – dans un néant dont seule la curiosité ethnologique les tire. Ces civilisations ont été nombreuses, ont occupé diverses régions du globe en s'ignorant l'une l'autre, ou se sont parfois succédées au même endroit. N'est-ce pas une preuve suffisante de leur caractère éphémère ?
Aujourd'hui, la mondialisation aidant, le nombre des civilisations différenciées tend à se réduire ; un laminage dû au progrès fait que très bientôt il en existera sur terre une seule, celle dont tous les hommes réunis par de nouveaux outils de communication et l'abolition des distances se seront dotés. Faudrait-il, parce qu'elle sera unique, qu'elle fût exempte de tout risque de disparition ? Ce serait ignorer le processus en cours depuis des millénaires, dont l'aboutissement inexorable nous guette avec d'autant plus de proximité que nous faisons tout pour le hâter. Tout épouse la courbe qui de la naissance conduit à la mort ; c'est seulement affaire de délai. Étant entendu qu'un cataclysme, provoqué aussi bien que naturel, pourrait l'abréger.

Aucun commentaire: